Secure Automated Translation: an essential tool for data governance in accordance with Basel & Solvency requirements

Read the article in French

Secure Automated Translation

Following the publication of the Basel (II and III) and Solvency Regulations, implementing Governance, Risk and Compliance (GRC) practices within financial institutions has gained predominance. To meet the challenges of data governance stated in the pillars of these regulations, companies have multiplied their efforts to recruit the best in GRC concerning Risk Management, Internal control, Internal Audit and Compliance.

According to a study conducted by the consulting company Optimind Winter and mandated by the Observatoire des métiers de la Banque (Banking Career Observatory)[1], “Banking companies are also victims of new risks and must create new job profiles to deal with these new challenges. GRC departments must face new challenges, such as coverage of systemic risk, development of Cloud Computing or Mobile Bank (technological nomadism).” Here, we refer to digitalizing the banking sector and using the Internet to manage personal bank accounts. Banks and insurance companies have thus implemented solutions to protect their customers’ data against cyber-attacks. While the efforts made to secure customer data have proven effective, the threat now lies within financial companies in their daily workflow.

Along with new working methods, a new phenomenon has emerged, known as “Shadow IT,” which is any application or method of transmitting information used in a business process without the endorsement of the internal IS department. Often unaware of its existence, IT departments don’t provide any support. Such processes generate "informal" and non-controlled data that can contravene existing standards and regulations such as Basel and Solvency. Continue reading

La traduction automatique sécurisée : un outil essentiel pour une gouvernance des données conforme aux réglementations Bâle & Solvabilité

Lire l’article en anglais

Traduction automatique sécurisée

La mise œuvre de pratiques industrialisées de « Gouvernance, Risques et Conformité » (GRC) au sein des institutions financières, a pris une place prépondérante depuis l’implémentation des réglementations Bâle (II puis III) et Solvabilité. Pour répondre à l’enjeu de bonne gouvernance des données, stipulé dans les piliers de ces réglementations, les entreprises multiplient les efforts pour recruter les meilleurs dans le domaine de la GRC – Gestion des Risques au sens large, du Contrôle Interne, de l’Audit Interne et de la Conformité.

Selon une étude de l’Observatoire des métiers de la Banque réalisée par le cabinet de conseil en gestion des risques Optimind Winter[i], « […] Les banques sont également victimes de nouveaux risques et doivent se doter de nouveaux métiers afin de maîtriser ces nouveaux enjeux. Les métiers du Risque et du Contrôle dans la banque doivent faire face à de nouvelles problématiques, telles que la couverture du risque systémique, le développement du Cloud computing ou de la banque sur mobile (« le nomadisme technologique»)… ». Il est ici fait référence à la digitalisation du secteur bancaire et l’utilisation de plus en plus courante d’Internet pour gérer ses comptes en tant que particulier. A ce titre, les banques et assurances se sont prémunies d’outils pour protéger les données de leurs clients contre les cyberattaques. Si les efforts réalisés en matière de sécurisation des données clients sont avérés, la menace réside à présent au sein même des entreprises financières, dans leurs flux de travail quotidien. Continue reading